Interview du mois

« Elargis ton cœur ! »
Tu es invité au cœur d’une rencontre, d’une conversation où une sœur interroge une personne de passage à l’abbaye sur sa façon de vivre la foi, de témoigner de l’amour du Christ et de l’Eglise dans sa vie quotidienne.


Aujourd’hui, je reçois Véroniqque
,



Sœur Marie-Benoît : Bonjour Véronique, peux-tu te présenter à nos jeunes internautes ?
Véronique : J’ai 60 ans, chrétienne, je travaille à l’université de Bordeaux ; dans un service avec des missions de proximité avec les jeunes étudiants, plus précisément, en difficultés sociales. Je viens régulièrement à l’Abbaye cistercienne du Rivet depuis une dizaine d’année. Il y a cinq ans je suis partie en Terre Sainte, Israël, avec l’aumônier de l’Abbaye et l’association de soutien « Les enfants de Nazareth » crée avec le Père Emile Shoufani et des chrétiens familiers du Monastère, sur les pas de Jésus. Le désir d’approfondir la bible et les évangiles me guida, après ce pèlerinage, vers le groupe de Lectio-Divina où j’appris à réfléchir, décortiquer, analyser et intégrer les Ecritures, même en grec, parfois. Seule, sans enfant, pour m’engager j’ai creusé plus loin pour explorer plus intensément et de près la spiritualité cistercienne, mais aussi apprendre plus des grands maîtres de cet ordre. Je viens d’intégrer le groupe des laïcs cisterciens.

Sœur Marie-Benoît : L’amitié a-t-elle une place importante dans ta vie ? Peux-tu dire ce qu’est l’amitié ?
Véronique : Oui, l’amitié est importante, le partage, aussi, car c’est l’accord de deux, plusieurs âmes sur les choses spirituelles et humaines, avec une bienveillance mutuelle. C’est vital.

Sœur Marie-Benoît : Y a-t-il un épisode dans l’Évangile que tu aimes ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?
Véronique : Nous sommes à la fin de l’évangile de Marc avec le groupe de Lectio-Divina : « Le figuier desséché » au chapitre 11 – verset 20-26. Ces arbres, légion en Israël et dont les fruits au goût si subtil, sont une icône des êtres humains. C’est une métaphore simple pour garder la sève existentielle de nos vies de chrétiens : la foi alimentée par la prière. J’adore les figues !!

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans l’Église

Véronique : L’Œcuménisme, l’humanité, l’amour, agir sans rien attendre en retour. Instaurer la Paix, là où il y a la guerre.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans le monde ?
Véronique : La fraternité inter-cosmopolite sociale. Le respect de l’être humain du premier au dernier jour. La protection, par l’écologie et le développement durable de la planète. La protection des espèces végétales, animales. L’entretien des océans et des mers.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce qui te paraît important de dire à des jeunes en recherche de sens ?
Véronique : De garder confiance, de progresser dans la vie, de savoir accepter et sauter les obstacles, les échecs, car ils sont aussi moteurs pour évoluer dans la vie.

Sœur Marie-Benoît : Quelle est ta recette du bonheur ?
Véronique : Il vient de l’intérieur… c’est le chemin.

Sœur Marie-Benoît : Quelle parole de sagesse ou autre, souhaites-tu partager à nos internautes ?
Véronique : « Savoir se contenter de ce que l’on a : c’est être riche ». Les pensées positives de Lao Tseu – Sage chinois, VIème Vème siècle avant J.C



(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page