Interview du mois

« Elargis ton cœur ! »
Tu es invité au cœur d’une rencontre, d’une conversation où une sœur interroge une personne de passage à l’abbaye sur sa façon de vivre la foi, de témoigner de l’amour du Christ et de l’Eglise dans sa vie quotidienne.


Aujourd’hui, je rencontre Malo




Sœur Marie-Benoît : Bonjour Malo, peux-tu te présenter à nos jeunes internautes ?

Malo : Bonjour Sœur Marie-Benoit et Salut à tous ! Je m’appelle Malo, j’ai 22 ans et trois gentilles sœurs. Après avoir commencé mes études sur la Côte d’Azur, j’étudie depuis deux ans en école de commerce à Lille, le pays de la brique rouge et de la bière…

Sœur Marie-Benoît : L’amitié a-t-elle une place importante dans ta vie ? Peux-tu dire ce qu’est l’amitié ?

Malo : Complètement ! Sans amis, je ne serai probablement pas comme je suis aujourd’hui ! Chaque ami a pour moi une place très importante. Je sais que mes amis connaissent mes qualités et mes défauts et leur présence ne peut qu’embellir ces qualités et m’aider à corriger ces défauts. Plus le temps passe et plus je me rends compte combien il est précieux d’avoir des amis et qu’il est important d’entretenir ces amitiés ! En général, deux amis contribuent mutuellement au bonheur l’un de l’autre et je pense que cela vient de l’exigence de vérité et de bienveillance qui se trouve au cœur de cette amitié. J’ai aussi remarqué que des « connaissances » devenaient des « amis » suite à des expériences vécues ensemble et dans lesquelles nous étions en vérités les uns avec les autres. Et pourtant cela a souvent commencé de façon très simple : cohabitation, projets de vacances, scoutisme, travaux en groupe à l’école, maraudes, activités sportives, etc.

Sœur Marie-Benoît : Y a-t-il un épisode dans l’Évangile que tu aimes ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?

Malo : J’aime beaucoup l’épisode des Béatitudes dans l’Évangile de saint Matthieu. Je le trouve plein d’espérance et cela donne le petit « coup de boost » quand on est fatigué ou qu’on a envie de se plaindre pour telle ou telle raison ! Il invite à exercer la charité et à garder le cap malgré les moments difficiles. Je pense que les Béatitudes donnent aussi un petit avant-goût de toutes les belles choses qui pourront se passer là-haut ! Une belle invitation à la joie J

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans l’Église?

Malo : Tout plein de choses ! Je vois dans l’Église un admirable désir de vérité et d’amour. D’abord de vérité : Avec cette crise difficile que traverse l’Église, je pense que les catholiques sont en quête de vérité et un tel combat ne peut être qu’une occasion de renouveler ensemble la foi de l’Église. Mais il y a aussi une recherche d’amour et du don de soi remarquable que revendiquent les jeunes ! La jeunesse catholique a soif de bonheur et se donne des moyens concrets de s’en approcher. On a beaucoup de chance car il y a tellement de propositions faites aux jeunes. De plus en plus d’évènements, associations et communauté nous donnent la possibilité de nous questionner individuellement sur le sens que nous souhaitons donner à notre vie. Et il y en a pour toutes les sensibilités. Pour les jeunes, il y a les JMJ, les forums des jeunes à Paray le Monial, Ecclesia Campus, différents pèlerinages à Lourdes, Chartres, etc. Ce n’est pas ce qui manque ! J’ai eu la chance d’aller aux JMJ de Cracovie et c’était incroyable de voir cette joie contagieuse qui se répandait à travers la ville, avec des jeunes de toute la planète répondant ensemble à l’invitation du Pape… C’était magnifique ! Et quand on voit aussi tout le bien que fait l’Église dans le monde au service d’autrui on ne peut que se réjouir. Je pense notamment aux associations comme SOS Chrétiens d’Orient, l’AED, Akamasoa, Dom&Go et pleins d’autres…

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans le monde ?

Malo : Même si certains indicateurs et discours alarmants peuvent nous inquiéter de la situation de notre monde, c’est vrai qu’il y a quand même énormément de belles choses qu’on oublie souvent de souligner. À commencer par une prise de conscience progressive de la merveilleuse fragilité de la vie humaine et de notre environnement. Pour vous donner un exemple, une récente chaîne de cafés baptisée « Joyeux » a été lancée pour embaucher des personnes porteuses de trisomie. C’est pareil avec l’application mobile Entourage qui invite les habitants d’un quartier à créer un réseau de solidarité local autour des SDF. Il est possible de mettre le progrès au service de l’humanité et de la solidarité ! Ce n’est pas génial ça ?

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce qui te paraît important de dire à des jeunes en recherche de sens ?

Malo : Donnez-vous à travers des expériences associatives ou des projets qui vous font rêver ! Ce serait incroyable que nous puissions tous rester fidèles à nos rêves de jeunesse. Que ce soient des missions humanitaires, le scoutisme, des projets d’écoles etc. Saint François d’Assise écrit dans sa prière « Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve », alors foncez ! Et entourez-vous des bonnes personnes pour déplacer ensemble des petites collines, puis des montagnes J

Sœur Marie-Benoît : Quelle est ta recette du bonheur?

Malo : J’aime passer des moments simples, entouré de bons amis pour partager un repas, boire une bière et parler de projets qui verront ou pas le jour. Comme on dit « un chrétien isolé est un chrétien en danger », j’essaie donc de m’entourer de mes amis et de la famille pour tenter de garder le cap. J’essaie aussi de trouver des temps pour me ressourcer spirituellement en participant à des évènements d’aumônerie ou avec des amis. Ça fait toujours du bien de prendre des petits temps de pause lorsque des semaines chargées s’enchainent. Tiens, à l’abbaye du Rivet par exemple ahaha !

Sœur Marie-Benoît : Quelle parole de sagesse ou autre, souhaites-tu partager à nos internautes ?

Malo : Une petite déclaration de St Jean Paul II aux jeunes : « Chers jeunes, acceptez que je vous confie mon espérance : vous devez être ces bâtisseurs. Vous êtes les hommes et les femmes de demain ; dans vos cœurs et dans vos mains est contenu l’avenir. À vous, Dieu confie la tâche, difficile mais exaltante, de collaborer avec Lui pour édifier la civilisation de l’amour. » Saint Jean Paul II.



(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page