La prière quotidienne

Vendredi 1er février

« A-t-on jamais entendu dire
Qu’un berger donne sa vie pour ses brebis,
Qu’il les nourrisse de son Corps
Et les mène vers des eaux toujours nouvelles ?
C’est ainsi que Dieu nous a aimés !
Un fils de roi fut-il esclave,
Le vit-on laver les pieds de ses amis,
Puis de bon gré s’offrir aux coups,
Pardonnant jusqu’au baiser reçu du traître ?
C’est ainsi que Dieu nous a aimés !

Y eut-il un Dieu comme le nôtre,
Pour mourir, abandonné, sur une croix,
N’étant plus rien qu’un cri de soif,
Des blessures dont le sang s’écoule en terre ?
C’est ainsi que Dieu nous a aimés !

De cet amour qui fit le monde
Et refit ce que les hommes avait défait,
De cet amour de vaste ciel,
Jésus-Christ nous a donné le témoignage,
Et l’amour jamais ne passera ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier »
Marc 4

Accorde-nous, Seigneur, de pouvoir t'adorer sans partage, et d'avoir pour tout homme une vraie charité. Amen.

* * * * * *

Samedi 2 février - Présentation de Jésus au Temple

« Voici deux tourterelles
Offertes pour le Fils :
C'est lui
Qui offrira sa vie
Pour prix des enfants infidèles

Il entre dans le Temple,
Marie le porte à Dieu :
C'est lui
Le temple où Dieu se dit
À ceux qui déjà le contemplent.

Remis aux mains du prêtre,
L'enfant est consacré :
C'est lui
Le don qui s'accomplit,
L'amour qui consacre tout être.

Enfant de la promesse
Pour Anne et Syméon,
C'est lui
Qui veille dans leur nuit,
Clarté que leurs yeux reconnaissent.

Longtemps, jusqu'à cette heure,
Au seuil, ils attendaient :
C'est lui
Qui les accueille ici,
Il vient nous ouvrir sa demeure »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. » Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui »
Luc 2

Dieu éternel et tout-puissant, nous t'adressons cette humble prière : puisque ton Fils unique, ayant revêtu notre chair, fut en ce jour présenté dans le Temple, fais que nous puissions aussi, avec une âme purifiée, nous présenter devant toi. Amen.

* * * * * *

Dimanche 3 février - 4ème T. O.

« Jour du Vivant
Pour notre terre !
Le fruit
Que Dieu bénit
Mûrit en lumière :
Soleil déchirant la nuit !

Jour du Vivant
Sur notre histoire !
Le corps,
Hier meurtri,
Rayonne sa gloire :
L'amour a brisé la mort !

Jour du Vivant
Sur tout exode !
De l'eau
Et de l'Esprit
Renaissent les hommes :
Chacun porte un nom nouveau !

Jour du Vivant,
Si loin, si proche !
Le vin
Nous est servi,
Prémices des noces :
La joie du Royaume vient !

Jour du Vivant
Offert au Souffle !
Le feu
Soudain a pris,
Créant mille sources :
Le monde rend grâce à Dieu ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d’Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre » Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? » Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même’, et me dire : ‘Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !’ » Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. » À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin »
Luc 4

Accorde-nous, Seigneur, de pouvoir t'adorer sans partage, et d'avoir pour tout homme une vraie charité. Amen.

* * * * * *

Lundi 4 février

« Quand le jour marche vers l’oubli,
Que ta mémoire, ô Dieu très bon,
Recueille au vif de ton pardon,
Le poids des instants de nos vies.

Lorsque l’obscur nous envahit,
Que ta douceur, ô Dieu très bon,
Accueille en un ultime don,
Nos vies en parfum de grand prix.

En nous bordant de ton Esprit,
N’oublie surtout, Père très bon,
Aucun de tous nos compagnons,
Blottis près du Fils en sa nuit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent sur l’autre rive, de l’autre côté de la mer de Galilée, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus sortait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit impur s’avança depuis les tombes à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit impur, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui dit : « Mon nom est Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits impurs supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Ils sortirent alors de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils se noyaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Ils arrivent auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et revenu à la raison, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Ceux qui avaient vu tout cela leur racontèrent l’histoire du possédé et ce qui était arrivé aux porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de quitter leur territoire. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors l’homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration »
Marc 5

Seigneur notre Dieu, ouvre nos cœurs à l'intelligence des Écritures afin que nous portions témoignage à ton Fils qui est mort pour nous. Amen.

* * * * * *

Mardi 5 février - Ste Agathe

« Voici ton jour qui vient,
Servante de l’Agneau,
Le jour de ton exode
Face aux ténèbres.

Sur toi passe la nuit
D’angoisse et de douleurs :
Mais nul ne peut te prendre
Ton espérance.

Pourquoi es-tu livrée
Aux mains des insensés ?
Jésus n’a de réponse
Que son offrande.

Il joint à sa Passion
La mort de ses martyrs,
Ainsi, dans ton épreuve,
Grandit l’Eglise .

Tu souffres pour son Corps
Il souffre dans le tien.
Le Christ déploie sa force
En ta faiblesse.

Voici ton jour qui vient,
Servante de l’Agneau,
Tu montes vers ta Pâque,
Dans la lumière »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord de la mer. Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans… – elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré – … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait en effet : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondirent : « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : “Qui m’a touché ?” » Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela. Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Jésus lui dit alors : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue, pour dire à celui- ci : « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec lui ; puis il pénètre là où reposait l’enfant. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher – elle avait en effet douze ans. Ils furent frappés d’une grande stupeur. Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit de la faire manger »
Marc 5

Que sainte Agathe implore pour nous ton pardon, Seigneur, elle qui sut également te plaire par la consécration de sa virginité et par son courage dans le martyre. Amen.

* * * * * *

Mercredi 6 février - Sts Paul Miki et compagnons

« O vous qui donnez tout
Jusqu’à l’extrême de la vie,
Jusqu’à l’extrême de l’amour,
Dans l’agonie de votre attente,
Vous voici devenus
Les témoins de l’espérance

Martyrs de l’amitié
Sans rien savoir du jour qui vient,
Dans les ténèbres de la foi,
Vous annoncez le Dieu fidèle,
Vous serez dans la nuit
Les témoins de sa présence.

Martyrs de Jésus Christ,
Vous le suivrez jusqu’à la croix,
Jusqu’à sa mort dans l’abandon,
Dans l’inconnu de votre épreuve
Vous serez en mourant
Les témoins de son offrande.

Martyrs en un pays
Marqué du feu de la douleur,
A lui vos cœurs se sont donnés,
Dans la passion qui vous rassemble
Vous voici devenus
Simplement une semence »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant »
Marc 6

Dieu qui es la force de tous les saints, tu as appelé Paul Miki et ses compagnons à passer par la croix pour entrer dans la vie ; accorde-nous de garder comme eux jusqu'à la mort la foi que nous proclamons. Amen.

* * * * * *

Jeudi 7 février

« Il monte, le jour, comme un feu,
Il embrase le ciel et la terre.
Depuis l’aube originelle,
Le Verbe est toute joie devant l’œuvre de Dieu.
De son cœur un chant s’élève :
« Je te rends grâce, ô Père ».

Il sort, le vivant, du tombeau,
Il dissipe la nuit de tristesse
Répandue sur le Calvaire.
La chair qui fut meurtrie a surgi de nouveau,
Elle exulte d’allégresse :
« Je te rends grâce, ô Père ».

L’époux au matin resplendit
Pour les noces du ciel à la terre,
Revêtue de sa lumière.
Une hymne silencieuse en réponse jaillit,
C’est l’Esprit qui s’émerveille :
« Je te rends grâce, ô Père ».

À ceux qu’il unit à présent,
Comme signe d’alliance éternelle,
Jésus donne son corps même.
Avec le Premier-né, en un geste d’enfant,
L’Église offre sa prière :
Nous te rendons toute grâce, ô Père »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez- y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient »
Marc 6

Donne à ceux qui te prient, Seigneur, l'abondance de ta grâce. Avec ton aide, qu'ils suivent tes commandements pour y trouver dès maintenant leur bonheur, pour en recevoir, dans l'éternité, ta joie. Amen.

* * * * * *

Vendredi 8 février

« Ton cœur dans nos joies se découvre,
Seigneur, l'avons-nous reconnu ?
Comment ramener vers leur source
Les biens que nos mains ont reçus ?

Un seul peut traduire en louange
Le don et le poids de ce jour ;
Un seul vient combler ton attente,
Seigneur, et répond à l'amour.

Jésus, au profond de nous-mêmes,
Saisit notre chant dans le sien ;
Ainsi ta Parole éternelle
Prend corps dans nos mots quotidiens.

Sa voix rend plus haute et plus vaste,
Au souffle puissant de l'Esprit,
L'obscure espérance des âges
Qui passe et reflue sur nos vies.

Les cris et les pleurs qu'on étouffe,
Par lui monteront jusqu'à toi ;
Ses mains t'offriront notre coupe
Remplie de douleur et de joie.

Qu'il soit ta lumière en ce monde,
Ton cœur et le nôtre à la fois ;
Qu'il soit aujourd'hui ta réponse,
Seigneur, comme il est notre voix »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, comme le nom de Jésus devenait célèbre, le roi Hérode en entendit parler. On disait : « C’est Jean, celui qui baptisait : il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. » Certains disaient : « C’est le prophète Élie. » D’autres disaient encore : « C’est un prophète comme ceux de jadis. » Hérode entendait ces propos et disait : « Celui que j’ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! » Car c’était lui, Hérode, qui avait donné l’ordre d’arrêter Jean et de l’enchaîner dans la prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, que lui-même avait prise pour épouse. En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mourir. Mais elle n’y arrivait pas parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l’avait entendu, il était très embarrassé ; cependant il l’écoutait avec plaisir. Or, une occasion favorable se présenta quand, le jour de son anniversaire, Hérode fit un dîner pour ses dignitaires, pour les chefs de l’armée et pour les notables de la Galilée. La fille d’Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu veux, et je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume. » Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu’est-ce que je vais demander ? » Hérodiade répondit : « La tête de Jean, celui qui baptise. » Aussitôt la jeune fille s’empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande : « Je veux que, tout de suite, tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. » Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment et des convives, il ne voulut pas lui opposer un refus. Aussitôt il envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde s’en alla décapiter Jean dans la prison. Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Ayant appris cela, les disciples de Jean vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau »
Marc 6

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu’au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement. Amen.

* * * * * *

Samedi 9 février - Bhse Vierge Marie

« Humble servante du Seigneur,
Amour éveillé par la grâce,
Dieu te choisit.
Heureuse, tu accueilles le message
Du Maître de la vie.

Terre féconde au vent de Dieu,
Ta glaise nourrit la semence,
Dieu te bénit.
Le Verbe peut germer dans ton silence,
Tu portes Jésus-Christ.

Mère attentive aux joies des cœurs,
Tu pries, et le signe de fête,
Dieu l’accomplit.
C’est l’heure où, parmi nous, se manifeste
La gloire de ton Fils.

Femme debout près de la croix,
Voici la nouvelle genèse,
Dieu se fait nuit.
C’est l’heure où dans ton cœur passe le glaive:
Tu donnes Jésus-Christ.

Joie de l’Église au long du temps,
Tu portes l’espoir du Royaume:
Christ est vivant!
Éclaire notre route jusqu’à l’aube,
Étoile de l’Avent »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps- là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement »
Marc 6

Que ta grâce, Seigneur notre Dieu, se répande en nos cœurs : par le message de l'ange, tu nous as fait connaître l'incarnation de ton Fils bien-aimé, conduis-nous par sa passion et par sa croix, avec le secours de la Vierge Marie, jusqu'à la gloire de la résurrection. Amen.

* * * * * *

Dimanche 10 février - 5ème T. O.

« Matin du monde
Où Dieu rêva
D'écrire pour les siècles l'unique poème :
Prenant la mer
Pour baptistère
Il profère l'espace au vent de son haleine.

Matin du monde
Où Dieu créa
En élevant les yeux vers la nuit esseulée :
Le pur éclat
De son regard
Fait éclore la terre à son humanité.

Matin du monde
Où Dieu parla
Et sa Parole prit la forme de ses doigts :
Il nous pétrit
Chair et esprit
Homme et femme au pays de la première fois »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets. » Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. à cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : « Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur. » En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent »
Luc 5

Dans ton amour inlassable, Seigneur, veille sur ta famille ; et puisque ta grâce est notre unique espoir, garde-nous sous ta constante protection. Amen.

* * * * * *

Lundi 11 février - Notre Dame de Lourdes

« Notre Dame Marie
Dans ta sainte clarté
Je te regarde et prie
Icône de beauté

O femme que j’implore
Pour ton humilité
Ce cœur que je déplore
Guéris-le par bonté

En tes mains de tendresse
Voici ma volonté
Comprends notre faiblesse
Et nos velléités

Lac de simplicité
Noie en ton cœur de mère
Tant de duplicité
Et cette ardeur amère

Mère de l’homme exsangue
Mort de la vérité
Brise la lourde gangue
De notre vanité

Femme gracieuse et belle
Au corps ressuscité
Donne à la chair mortelle
Quelque légèreté

Nuit bleue, écrin d’étoiles
Sein d’immortalité
Coupe d’or sous le voile
Seuil de l’éternité »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui »
Jean 2

Seigneur toi qui aimes les hommes, viens au secours de notre faiblesse quand nous célébrons la Mère de Dieu, la Vierge Immaculée : fais que par son intercession nous soyons guéris de nos péchés. Amen.

* * * * * *

Mardi 12 février - Bhse Ombeline

« Pour toi, Fils de Dieu,
Le nard de grand prix,
La vie donnée sans jamais la reprendre;
Pour toi la louange
De ta servante.

Vers toi, Jésus-Christ,
L’écoute du cœur,
Ton nom crié sans briser le silence;
Vers toi la violence
De l’espérance.

Par toi, Serviteur,
La force d’aimer,
La longue marche au désert de l’absence;
Par toi la descente
Dans la souffrance.

En toi, Bien-aimé,
La paix du désir,
La joie parfaite que nul ne peut prendre:
Ta vie en offrande
Pour ta servante »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées. – Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats. Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils
pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. » Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. » Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition. En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu”, alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre »
Marc 7

Dieu notre Père, unique espoir de tous ceux qui cheminent loin de toi dans l’obscurité et l’incertitude, à la prière de la bienheureuse Ombeline, accorde-nous d’être humblement soumis à ta volonté : que nous sachions user des biens d’ici-bas comme n’en usant pas et tendre de toutes nos forces vers les biens à venir. Amen.

* * * * * *

Mercredi 13 février

« Père très bon,
Oublie que nous t'oublions,
Que l’Esprit éveille en nous
La mémoire de ton nom :
Que ton nom brûle nos cœurs !

Dieu des Vivants.
Le peuple de tes enfants
Reprend vie en ton amour
Tu le crées à chaque instant,
Chaque instant mène à ton jour.

Toi, le Dieu saint
Voici que tu nous rejoins
En Jésus notre Sauveur
Et c’est lui notre chemins,
Ton chemin , Dieu, et le notre »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. » Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole. Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments. Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur»
Marc 7

Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd'hui par ta puissance : que nos cœurs ne s'abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume. Amen.

* * * * * *

Jeudi 14 février - Sts Cyrille et Méthode

« Un temps nouveau va naître au loin,
Un nouveau peuple de la foi
Découvrira la lumière :
Demain sa louange
Rendra gloire au Dieu vivant.

Deux messagers sont en chemin
Portant les mots qui donnent vie
En des contrées étrangères :
L’Esprit les inspire
Et le Christ est avec eux.

De l’occident à l’orient,
Tant de nations vont s’éveiller
À la beauté du mystère :
La folle sagesse
Les conduit à Jésus Christ.

Pour que les cœurs jamais n'oublient,
Cyrille invente patiemment
Une écriture nouvelle .
Il meurt et son frère
Mène encore son combat.

Dieu saint , Dieu Fort, Dieu immortel,
Béni sois-tu d’avoir donné
A tous les peuples ton Verbe.
Chacun dans sa langue
Avec lui te glorifie »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée. Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui, si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit. Il était sur la mer, et toute la foule était près de la mer, sur le rivage. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et dans son enseignement il leur disait : « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin ; les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé. Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux, où il n’avait pas beaucoup de terre ; il a levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde ; et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé et, faute de racines, il a séché. Du grain est tombé aussi dans les ronces, les ronces ont poussé, l’ont étouffé, et il n’a pas donné de fruit. Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ; ils ont donné du fruit en poussant et en se développant, et ils ont produit trente, soixante, cent, pour un. » Et Jésus disait : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »
Marc 4

Dieu qui as conduit les peuples slaves à la lumière, grâce aux deux frères saints Cyrille et Méthode, ouvre nos cœurs à l'intelligence de ta Parole : fais de nous un peuple de croyants, et que notre unité rende témoignage à l'Évangile. Amen.

* * * * * *

Vendredi 15 février

« Béni de Dieu
En qui le Père se complaît,
Tu es venu
baptiser l’homme dans ta mort,
Et le Jourdain baigna ton corps.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Justice du Royaume ;
Que nous chantions pour ton retour :

Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple !

Rocher nouveau
D’où sort le Fleuve de la vie,
Tu es venu
abreuver ceux qui croient en toi,
Et tu laissas s’ouvrir ton cœur.
Ô viens, Seigneur Jésus
Fontaine intarissable ;
Que nous chantions pour ton retour :

Béni soit au nom du Seigneur
Celui qui vient sauver son peuple ! »
Hymne CNPL.

« En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole. Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler, et supplient Jésus de poser la main sur lui. Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! » Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement. Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne ; mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient. Extrêmement frappés, ils disaient : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets »
Marc 7

Seigneur, tu ouvres à ceux qui t'aiment les richesses de ton Esprit Saint, et tu fais grandir en eux ta propre vie en leur donnant part au corps de ton Fils ; aide-les à se comporter dans le monde en enfants de Dieu appelés à la liberté : qu'ils répondent par la sainteté de leur vie à la mission prophétique de l'Église. Amen.

* * * * * *

Samedi 16 février - Bhse Vierge Marie

« Vierge Marie, ô Notre Dame,
Qui t’appelle sans être écouté ?
Tu sais l’espérance et la crainte
dont est rempli le cœur humain.
Reine du ciel, humble servante
Conduis-nous à Jésus Christ,
Toi qui reflètes sa lumière
Sur ceux qui marchent dans la nuit
Mère du Christ, ô notre Mère
Montre nous comment aimer ton Fils,
Fais nous découvrir dans le pauvre
Le vrai visage du Seigneur.
Ouvre nos yeux à la détresse
De celui qui chaque jour
Porte le poids de sa misère,
Et qui demande notre amour.

Vierge Marie, comblée de grâce,
Que la paix promise à Noël
S’étende aujourd’hui sur la terre
Dans la confiance et le pardon.
Dieu est fidèle à sa parole …
Que ta foi inébranlée,
Soit une force pour la nôtre :
L’amour fera germer la paix »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ces jours-là, comme il y avait une grande foule, et que les gens n’avaient rien à manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit : « J’ai de la compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en chemin, et certains d’entre eux sont venus de loin. » Ses disciples lui répondirent : « Où donc pourra- t-on trouver du pain pour les rassasier ici, dans le désert ? » Il leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils lui dirent : « Sept. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent ; et ils les distribuèrent à la foule. Ils avaient aussi quelques petits poissons, que Jésus bénit et fit aussi distribuer. Les gens mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles. Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya. Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha »
Marc 8

Sois attentif, Seigneur, à la louange et à la prière que nous te présentons aujourd’hui en faisant mémoire de la Vierge Marie : rends-nous capables d’accueillir comme elle le mystère de notre rédemption. Amen.

* * * * * *

Dimanche 17 février - 6ème T. O.

« Allez aujourd'hui vers la joie qui s'avance :
Christ est ressuscité !
Et l'homme découvre, s'il renaît en lui,
L'éternelle enfance.

Elle est consommée
L'œuvre des sept jours
Dans l'éveil du dimanche !
Le temps peut reprendre son cours
Mais tout est transformé.
Voici de nouveaux signes :
Le Pain, semence
Des moissons de Dieu,
Et le vin, sève de sa vigne.

Vivez aujourd'hui la mémoire pascale :
Christ est ressuscité !
Et l'homme découvre, s'il fait route en lui,
sa patrie natale.

Elle est accomplie
L'œuvre du Vivant
Qu'annonçait la promesse !
À nous de puiser maintenant
Nos vivres dans sa vie.
L'amour tient table ouverte,
Sa voix nous presse
Au festin de Dieu :
Jour de joie, jour de Pâque offerte !

Chantez aujourd'hui l'indicible merveille :
Christ est ressuscité !
Et l'homme découvre, s'il se perd en lui
Une vie nouvelle »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus descendit de la montagne avec les Douze et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples, et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon. Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous. Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes. Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation ! Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes »
Luc 6

Dieu qui veut habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce ; alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure. Amen.

* * * * * *

Lundi 18 février - Ste Bernadette

« Plus radieuse que la flamme,
Aussi pure que l’aurore,
La louange de tes amis, Seigneur,
Est clarté d’espérance.
Sur le chemin de leur joie,
Daigne nous conduire.

Plus précieuse que la perle,
Aussi pure que le jaspe,
La prière de tes amis, Seigneur,
Est beauté de l’Eglise.
Au plus aimant de ton cœur,
Grave leur offrande.

Plus patiente qu’un long fleuve,
Aussi pure que la source,
La sagesse de tes amis, Seigneur,
Est trésor d’Evangile.
Par ta parole et ta vie,
Donne-nous ta force.

Victorieuse dans l’épreuve,
Humble et libre par ta grâce,
La charité de tes amis, Seigneur,
Se reçoit de ta Pâque.
Vers les sentiers de la vie,
Daigne nous conduire »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. » Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive »
Marc 8

Tu prends la défense des humbles, Seigneur, tu les aimes et les glorifies ; et tu as donné à sainte Bernadette d’étonnantes grâces de patience et de charité ; permets qu’à sa prière et à son exemple, en suivant simplement les chemins de la foi, nous puissions te contempler dans le Royaume des cieux. Amen.

* * * * *

Mardi 19 février

« Dieu de silence, tu appelles
Dans les pages du Livre.
Les mots de vie nous redisent
De quel amour tu nous aimes.

Qui peut comprendre ta parole
S'il n'est prêt à répondre ?
Fais que la source d’eau vive
Nous fortifie de sa grâce .

Toi qui sans cesse te révèles,
Aujourd’hui tu t’approches.
Que l'Esprit donne à l'Eglise
De proclamer ta louange !

Monte vers toi l'action de grâce
Dont tressaille ton Verbe :
C’est lui qui ouvre le Livre
Où resplendit sa présence »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! » Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez- vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ? Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze. – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »
Marc 8

Dieu éternel et tout-puissant, tu es la lumière de toutes les lumières, et le jour qui ne finit pas ; dès le matin de ce jour nouveau nous te prions : que la clarté de ta présence, en chassant la nuit du péché, illumine nos cœurs. Amen.

* * * * * *

Mercredi 20 février

« Chaque homme dans sa nuit
S'en va vers la lumière,
Et l'Agneau le devance,
Lui ouvrant le chemin.

Chaque homme dans sa nuit
S'en va vers la lumière,
Mais dans l’ombre il ignore
Qu’il est proche du jour.

Chaque homme dans sa nuit
S'en va vers la lumière,
Les ténèbres s’entrouvrent
Sous le feu du pardon.

Chaque homme dans sa nuit
S'en va vers la lumière,
Mais sait-il qu’une foule
Est en marche avec lui ?

Chaque homme dans sa nuit
S'en va vers la lumière,
Et déjà il reflète
Le visage de Dieu »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethsaïde. Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher. Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait : « Aperçois-tu quelque chose ? » Levant les yeux, l’homme disait : « J’aperçois les gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher. » Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village »
Marc 8

Tu as voulu, Seigneur, que la puissance de l’Évangile travaille le monde à la manière d’un ferment ; veille sur tous ceux qui ont à répondre à leur vocation chrétienne au milieu des occupations de ce monde : qu’ils cherchent toujours l’Esprit du Christ, pour qu’en accomplissant leurs tâches d’hommes, ils travaillent à l’avènement de ton Règne. Amen.

* * * * * *

Jeudi 21 février - St Pierre Damien

« Sagesse de l’Éternel,
Fais-nous connaître le Père des cieux !
Suffit-il de nos lampes
Pour découvrir l’aurore ?
Ô toi, la Lumière d’avant les jours,
Guide aujourd’hui les pas
Des chercheurs de Dieu !

Parole de l’Éternel,
Viens nous apprendre les hymnes d’en-haut !
Un enfant dans sa langue
Peut-il chanter le Verbe ?
Ô toi qui pris chair au milieu de nous,
Tu as loué ton Dieu
De nos simples mots !

Jésus, le Ressuscité,
Révèle-nous le mystère d’aimer !
Tes disciples l’enseignent
Sans épuiser ta grâce ;
Ô toi, notre frère et notre Sauveur,
Envoie l’Esprit d’amour
Et de vérité ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. » Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. » Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne. Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes »
Marc 8

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, de suivre les exemples et les exhortations du saint évêque Pierre Damien, afin que, sans rien préférer au Christ, et toujours attentifs à servir ton Eglise, nous parvenions aux joies de l’éternité. Amen.

* * * * * *

Vendredi 22 février - Chaire de St Pierre

« Comme le sillage d’une barque de pêche,
Les chemins de l’Église :
L’Esprit souffle où il veut.
Pierre écoute et se souvient :
Avance en eau profonde !
Sur la mer vont Ses sentiers,
Nul n’en connaît la trace.

Dans une parole sur les lèvres de Pierre
Naît la foi de l’Église :
Jésus est le Messie.
C’est le Fils du Dieu vivant !
Clarté reçue du Père
Pour la nuit de la Passion
Que le Sauveur annonce.

Comme un banc de roche sous la pierre fragile,
Il soutient son Église :
Sans Lui nul ne peut rien.
Pierre pleure et se souvient :
À l’heure de l’épreuve,
Il ne sut que renier,
Lui qu’aveuglait sa force.

Près du feu de braises a surgi la parole
Du Seigneur de l’Église :
Trois fois s’offre l’amour.
Le pécheur est fait berger :
La grâce le relève.
Aujourd’hui, sur le pardon,
Christ a fondé l’Église »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux »
Matthieu 16

Nous t'en prions, Dieu tout-puissant : fais que rien ne parvienne à nous ébranler, puisque la pierre sur laquelle tu nous as fondés, c'est la foi de l'Apôtre saint Pierre. Amen.

* * * * * *

Samedi 23 février - St Polycarpe

« Par le feu qui brûlait dans ta nuit ,
Nous te chantons, disciple du Seigneur.
Le martyre a scellé
Ton amour pour le Christ.
Il saisit ta passion
Dans la sienne.

Vers la croix s’est levé ton regard
Tu as souffert à l’ombre du Sauveur.
En lui seul ton soutien,
En son nom ton espoir.
Ta confiance a vaincu
L’Adversaire.

C’est en vain qu’on fit taire ta voix…
Le grain qui meurt rend gloire au moissonneur.
Un mystère de vie
Dans ta mort se déploie.
La semence tiendra
Sa promesse.

Par la joie qui t’habite aujourd’hui
Nous te prions disciple du Seigneur.
Obtiens-nous de donner
Chaque jour notre vie,
Puisque Dieu chaque jour
Nous appelle… »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ». Ils l’interrogeaient : « Pourquoi les scribes disent-ils que le prophète Élie doit venir d’abord ? » Jésus leur dit : « Certes, Élie vient d’abord pour remettre toute chose à sa place. Mais alors, pourquoi l’Écriture dit-elle, au sujet du Fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et sera méprisé ? Eh bien ! je vous le déclare : Élie est déjà venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme l’Écriture le dit à son sujet »
Marc 9

Dieu de toute la création, tu as voulu que l'évêque saint Polycarpe, soit au nombre de tes martyrs ; accorde-nous, à sa prière, de prendre part comme lui à la coupe du Christ, pour ressusciter à la vie éternelle. Amen.

* * * * * *

Dimanche 24 février - 7ème T. O.


« Au premier jour de notre monde
Quand Dieu sépare la lumière des ténèbres,
Te voici déjà, Nouvel Adam,

Soleil levant au jardin de la Genèse.
Jésus Christ, notre Seigneur,
Tu es ressuscité !

Au premier jour de la semaine
Voici la table où tu convies tous les disciples,
Pour rompre le pain, boire le vin,
Fils Bien-Aimé, Parole et Vie éternelle.
Jésus Christ, notre Seigneur,
Tu es ressuscité !

Au dernier jour de notre Histoire
Voici l’Épouse qui descend d’auprès du Père.
Le peuple sauvé, tu le conduis,
Agneau vainqueur, jusqu’à l’arbre de la vie.
Jésus Christ, notre Seigneur,
Tu es ressuscité ! »

Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus déclarait à ses disciples : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous »
Luc 6

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, de conformer à ta volonté nos paroles et nos actes dans une inlassable recherche des biens spirituels. Amen.

* * * * * *

Lundi 25 février

« O Créateur, Père,
Une parole t'a suffi:
Nous chantons ton œuvre
Au début du temps,
Et l'univers redit ta joie
De ton cœur en fête.

Tu as créé l'homme
Pour qu’il ressemble au Premier né :
Nous chantons sa grâce,
Il demeure en nous,
Et l'univers redit le nom
De ton Fils unique.

Tu as sauvé l'homme
Par la Passion du Serviteur:
Nous chantons ton œuvre
Dans le jour nouveau,
Et l'univers prend part au chant
Du matin de Pâque »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus, ainsi que Pierre, Jacques et Jean, descendirent de la montagne ; en rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux. Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer. Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ; cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. » Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. » On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant. Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance. Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! » Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. » Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! » Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. » Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? » Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière »
Marc 9

Seigneur, Roi du ciel et de la terre, dirige et sanctifie, ordonne et gouverne aujourd'hui nos cœurs et nos corps, nos pensées, nos paroles et nos actions : fais-nous suivre ta volonté et tes ordres afin qu'ici bas et pour toujours nous vivions, par ta grâce, libres et sauvés. Amen.

* * * * * *

Mardi 26 février

« Semailles de justice,
Moisson de miséricorde :
Ton amour sans se lasser
Nous pardonne,
Dieu très Saint, ô notre Père!
La vie nous est promise
A l’ombre de ta Parole :
Ton amour au fond du cœur
Devient notre,
Dieu qui t’offres dans ton Verbe.
A toi rien d’impossible,
L’aveugle voit et s’étonne :
Ton amour ouvre ses yeux,
Tu t’approches,
Dieu très haut, et tu l’appelles.
Semailles de justice,
Moisson de miséricorde :
Ton amour fait advenir
Le Royaume,
Dieu prodigue de lui-même ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé »
Marc 9

Dieu qui ne cesses de créer l’univers, tu as voulu associer l’homme à ton ouvrage ; regarde le travail que nous avons à faire : qu’il nous permette de gagner notre vie, qu’il soit utile à ceux dont nous avons la charge et serve à l’avènement de ton Royaume. Amen.

* * * * * *

Mercredi 27 février

« Ténèbre et nuit n’ont pas de nom
En Toi,
Dieu d’origine.
En Toi, il n’y a pas d’obscurité :
Rien qui ne soit donné, reçu, aimé.
Brasier vivant de communion,
En Toi,
Tout illumine.

Dans la puissance de ton Nom,
En nous,
Pris à l’argile,
Tu fis surgir un soir illuminé
Puis un matin gorgé de liberté.
Ce jour, tu l’as marqué très bon,
En nous,
Indélébile.

Tu as saisi, enveloppé
Adam
De ta tendresse
Quand, traversant la nuit de la Passion,
Tu as rejoint ce fils dans sa prison,
Enfant prodigue abandonné
Un temps
A sa faiblesse.

Oui, des enfers, tu as passé
Le seuil :
Adam se dresse,
Ta main, ton souffle éveillent l’endormi !
D’un pur ravissement jaillit la vie !
Oui, par ta mort, tu as changé
Le deuil
En allégresse ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous »
Marc 9

Seigneur, répands ta lumière dans nos esprits, pour que nous soyons toujours fidèles à te servir, puisque c'est toi qui nous as créés dans ta sagesse et qui nous diriges avec amour. Amen.

* * * * * *

Jeudi 28 février

« O Père, Père très saint,
Toi qui donnes tout,
Source bienfaisante,
Toi qui donnes tout,
En nous fais jaillir
Le don généreux de nos vies.

O Père, Père très bon,
Toi qui sauves tout,
Force sans violence,
Toi qui sauves tout,
Recueille en ta paix
Nos frères les plus éprouvés.

O Père, Père très doux,
Toi qui veilles en nous,
Grâce toute aimante,
Toi qui veilles en nous,
Accueille en ta joie
Nos souffles remis en tes mains.

O Père, Père très saint,
Toi qui donnes tout,
Source bienfaisante,
Toi qui donnes tout,
Nous sommes à toi,
Béni soit ton nom Père saint »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous »
Marc 9

Nous t'en prions, Dieu de miséricorde, sur les hommes qui n'ont pas reçu ta lumière, fais lever ton soleil, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

* * * * * *



(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page