Textes à méditer

Aelred de Rievaulx
Marie, trône de grâce du Verbe incarné

Approchons-nous avec confiance de Marie, du trône de la grâce du Christ !
Nous n’avons pu avoir accès auprès de cette sublime majesté assise sur le trône de sa gloire, ni voir le roi dans tout son éclat.
Approchons-nous donc avec confiance du trône de la grâce du Christ, ce trône qui est le sein de la glorieuse Vierge ; et, tout tranquillement, nous, petits, appelons-en à un Tout-petit, miséreux à un miséreux, hommes à un homme, pauvres à un pauvre.
Approchons-nous de son trône, sa très douce Mère, en qui viennent confluer la miséricorde et la vérité.
Elle est un grand trône, cette très Sainte, car, en quelque sorte, elle a capté l’Insaisissable, son sein a enfermé Celui qui n’a pas de limites, elle a contenu Celui qui contient toutes choses.
Ah ! mes frères, si l’âme du juste, quel qu’il soit, est le siège de Dieu, combien davantage cette âme en qui a habité toute la plénitude de la divinité !
Oui, ce trône est revêtu d’or étincelant.
L’or représente la sagesse.
Voici la femme revêtue de soleil, elle qui est baignée de cette sagesse qui la protège à l’extérieur et la garde à l’intérieur.
Source de radieuse clarté !Elle est la reine qui se tient à ta droite, en vêtements brochés d’or, Seigneur Jésus !




(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page