Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

Août… nous avançons dans le temps. Un temps que nous ne maîtrisons pas. Que maîtrisons-nous d’ailleurs ? Certains pensent maîtriser des choses, gérer leurs affaires… cependant nous constatons que les événements viennent bouleverser ce que nous prévoyons, ce que nous savons, ce que nous construisons… Personne ne niera le fait que la pandémie est venue nous secouer, nous ébranler dans nos sécurités, nos certitudes.
Rien de pessimiste dans cette constatation. Au contraire, une reconnaissance de ce que nous sommes, si nous le voulons bien. Une reconnaissance de notre être créé qui n’est pas fait pour maîtriser, dominer, mais pour aimer. Il est si facile de choisir la domination. Cela permet de s’illusionner sur soi-même, d’avoir l’impression de tout mener, de se croire supérieur, de penser pour les autres, de tout régimenter… Mais est-ce vraiment une qualité ? Non, ce n’est pas le chemin de la vie, de la liberté intérieure, d’accès à la plénitude de ce que nous pouvons devenir. Le chemin, c’est le don et ce, quelques soient les événements. Qu’il y ait une pandémie ou qu’il n’y en ait pas.
Donner sa vie, c’est une grâce et une joie qui peuvent se vivre en tout temps. Beaucoup la donne, en secret, discrètement. Ils sont des étoiles dans la nuit des autres. A leur manière, ils portent le monde. Il y a de nombreuses façons de la donner. Il y a ceux qui croient en l’homme uniquement et il y a ceux qui croient en Dieu et en l’homme. Nous savoir reliés à notre Créateur qui nous crée à chaque instant est une force pour mener à bien ce que nous portons en nous.La joie et l’espérance nous accompagnent et nous ouvrent des portes pour rejoindre tous les hommes, nos frères.

Mère Marie Christine