Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

Août... et l’avancée dans l’été, dans ces mois de vacances, dans ce temps qui est donné pour autre chose, pour rompre un rythme qui, cette année, aura été bien bousculé et sûrement, là où nous ne l’attendions pas. Lorsque nous nous sommes offert les vœux pour 2020, nous n’imaginions pas ce que nous aurions à vivre. Que de fragilités dans notre quotidien, que d’inconnus malgré nos agendas bien remplis, que d’inattendus. Nous n’avons pas la main sur ce qui advient. L’homme pourra-t-il enfin se dire qu’il n’est pas le maître du monde ?
En ce mois d’août, par contraste, - car la liturgie demeure inébranlable, même si nous devons vivre autrement les célébrations comme ce fut le cas pour la Semaine Sainte et les fêtes pascales -, nous retrouvons – comme chaque année – la grande solennité de l’été avec l’Assomption. Joyeuse fête de lumière alors que Marie s’élève pour entrer dans les cieux. Elle s’élève mais ne nous quitte pas, nous les hommes de la terre. Et les grands lieux de pèlerinage dédiés à Marie nous montrent qu’elle reste présente à son peuple, le peuple de son Fils, le peuple de Dieu. Mère, elle le demeure et ce, pour l’éternité.
Nous retrouvons aussi – pour nous cisterciens, cisterciennes, la solennité de saint Bernard, amoureux du Christ et chantre de Marie. Docteur de l’Eglise, réformateur, ardent défenseur de la simplicité cistercienne, fondateur, grand écrivain, maître spirituel, amoureux de la Parole de Dieu, il marquera son temps par ses nombreux écrits et ses interventions. S’il a marqué son époque, il reste encore très actuel. La passion qui a habité Bernard ne peut que nous stimuler à avancer à la suite du Christ.

Mère Marie Christine