Vous êtes ici: Page d'accueil


Le mot de Mère Abbesse


Dernier mois de l’année, décembre. Depuis quelques jours, nous sommes entrés dans le temps de l’avent. Ce temps qui nous prépare à la venue du Messie. Quatre semaines pour entrer progressivement dans le mystère de l’incarnation, le Fils de Dieu, le Verbe se fait chair parmi nous et pour nous.
L’avent, temps d’attente et d’espérance durant lequel nous crions : « Maranatha ! Viens, Seigneur Jésus ». Sans cesse, nous allons dans la liturgie, dans notre prière personnelle, nous unir à ce cri lancé par toute l’Eglise : « Maranatha ! Viens, Seigneur Jésus ». Que croyons-nous de sa venue ? Qu’attendons-nous de sa venue ? Quel horizon peut-il alors s’ouvrir devant nous ?
Le Seigneur vient et il vient pour tous les hommes, qu’ils soient blancs, jaunes ou noirs ; qu’ils soient riches ou pauvres ; qu’ils soient libres ou emprisonnés ; qu’ils soient dans leur pays ou dans un autre… Il vient pour tous, mais il se fera proche de tous ceux qui sont rejetés et qui seront sans abri, comme lui un certain soir… Mais avant sa venue, il nous donne ce temps de préparation au plus profond de nos cœurs, ce temps où nous pourrons nous désencombrer de tout ce qui nous empêchera de le recevoir, de le reconnaitre déjà ; ce temps qui nous donnera de l’accepter dans la faiblesse d’un enfant démuni, fragile, dépendant. Ce temps qui peut nous rendre à nous-mêmes la beauté –peut-être cachée – de ce que nous sommes.


Mère Marie Christine