Vous êtes ici: Page d'accueil


Le mot de Mère Abbesse


Décembre… et nous entrons dans ce beau temps de l’Avent, ce temps de l’attente, de l’espérance. Tout dort dans la nature, tout est en repos. Mais les jours vont commencer à grandir. « A la sainte Luce, les jours grandissent du saut d’une puce » dit le dicton. Et doucement, la lumière augmente, nous conduisant lentement, durant ces semaines de décembre, au jour parmi les plus inouïs, celui de Noël. Trois semaines de veille, d’aspiration, trois semaines de préparation pour vivre Noël.
Durant l’Avent, nous pouvons préparer la couronne de l’Avent. Constituée de quatre bougies, la première est allumée le premier dimanche de l’Avent. Puis chacun des dimanches suivants, nous allumons une bougie supplémentaire. Ainsi, lorsque nous entrons dans la nuit de Noël, toutes les bougies brillent ensemble annonçant la grande lumière du Christ qui entre dans notre histoire et vient sur notre terre. Mais que signifie cette couronne de l’Avent ? Je cite la revue « Croire » : « La couronne de l’Avent avec les bougies a été inventée par un pasteur de Hambourg, en Allemagne au 19ème siècle. Chaque matin, il allumait un petit cierge de plus et, chaque dimanche, un grand cierge. La coutume n’a retenu que les grands. Ces bougies symbolisent les grandes étapes du salut avant la venue du Messie : La première est le symbole du pardon accordé à Adam et Ève. La deuxième est le symbole de la foi des patriarches en la terre promise. La troisième est le symbole de la joie de David célébrant l'alliance avec Dieu. La quatrième est le symbole de l'enseignement des prophètes annonçant un règne de justice et de paix.
Laissons-nous saisir par la paix de ce temps de l’Avent qui nous fait appeler le Sauveur de toutes nos forces : « Viens, Seigneur Jésus », chantons-nous souvent. Les antennes « O », superbes antiennes grégoriennes, chantées à partir du 17 décembre, font résonner « Veni » comme un chant d’espérance. Voici le temps du long désir… gardons la vigilance au cœur pour nous préparer à la venue du Sauveur.


Mère Marie Christine