Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

En ce mois de février, le Pape François nous donne, comme intention de prière, La traite des personnes et il formule ainsi son intention : Pour l’accueil généreux des victimes de la traite des personnes, de la prostitution forcée et de la violence. De tous temps, le non respect de l’autre a existé. Ce qui n’est pas acceptable, bien évidemment. Comment un être humain peut-il ainsi utiliser son semblable ? s’en servir comme un objet, l’exploiter, le mépriser. Et il y a bien des formes pour exploiter l’autre, le Pape en nomme plusieurs, mais il y en a beaucoup d’autres.
Comment à notre place lutter contre ce fléau ? Peut-être déjà en étant vigilant par rapport à nous-mêmes. Qu’est l’autre pour nous ? Est-il vraiment cet homme ou cette femme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Donc un être qui possède la dignité des enfants de Dieu et cela sans tenir compte de sa croyance, de son mode de vie, de ses idées, de ce qu’il donne à voir. Au fond de lui, il y a cet espace connu de Dieu seul qui, à lui seul, mérite notre respect, même si l’autre ne sait rien de cet espace ou le refuse, ou le rejette. De plus, souvent il y a une apparence qu’il faut traverser, il faut regarder à travers, voir plus loin. Certes, le mystère de l’autre demeurera. Et c’est aussi ce qui est beau. Savoir que jamais nous ne pourrons posséder ce qu’est l’autre, il restera une part de lui-même à laquelle nous n’accèderons pas. « Tout homme est une histoire sacrée », pour reprendre le titre d’un livre écrit par Jean Vanier.
Au lieu de construire des murs entre nous, bâtissons des passerelles, lieux de passage de l’un à l’autre. Nous avons tous un chemin à parcourir pour aller à la rencontre de l’autre. Et n’oublions pas que l’histoire du salut s’écrit avec toute l’histoire des hommes, de tous les hommes, sans exception. N’oublions pas que l’autre est un frère, que l’autre est un don.

Mère Marie Christine