Jeudi 1er juin – St Justin

« Par le feu qui brûlait dans ta nuit,
Nous te chantons, disciple du Seigneur.
Le martyre a scellé
Ton amour pour le Christ.
Il saisit ta passion
Dans la sienne.

Vers la croix s’est levé ton regard
Tu as souffert à l’ombre du Sauveur.
En lui seul ton soutien,
En son nom ton espoir.
Ta confiance a vaincu
L’Adversaire.

C’est en vain qu’on fit taire ta voix…
Le grain qui meurt rend gloire au moissonneur.
Un mystère de vie
Dans ta mort se déploie.
La semence tiendra
Sa promesse.

Par la joie qui t’habite aujourd’hui
Nous te prions disciple du Seigneur.
Obtiens-nous de donner
Chaque jour notre vie,
Puisque Dieu chaque jour
Nous appelle »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux »Jean 17

Dieu qui as donné à saint Justin, ton martyr, de trouver dans la folie de la croix la connaissance incomparable de Jésus Christ, accorde-nous, par son intercession, de rejeter les erreurs qui nous entourent, et d’être affermis dans la foi. Amen.

* * * * * *

Vendredi 2 juin – Sts Pothin et Ste Blandine

« Dans la faiblesse de Dieu,
Les martyrs ont puisé la force ;
Leurs pas dans les pas du Sauveur,
Ils affrontent l’Adversaire.

Enveloppés de tourments,
Ils redisent le nom du Père ;
Au long du combat pour la foi
Se consomme le baptême.

Près de la croix de Jésus,
Il rejoignent Marie, sa mère ;
Témoins d’un Seigneur humilié,
Ils pénètrent son mystère.

Leur Défenseur est vivant,
La lumière espérée se lève ;
La mort a perdu son pouvoir
Et la paix les transfigure »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes- tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi »
Jean 21

Tu as donné, Seigneur, à ceux qui furent les prémices de la foi en notre pays, saint Pothin, sainte Blandine et leurs compagnons d’affirmer jusqu’à la mort leur joie d’être chrétiens ; rends-nous dignes de toujours mieux te connaître, afin qu’à leur exemple, le bien que nous ferons témoigne de la puissance de ton amour. Amen.

* * * * * *

Samedi 3 juin – St Charles Lwanga et ses compagnons

« Dans la faiblesse de Dieu,
Les martyrs ont puisé la force ;
Leurs pas dans les pas du Sauveur,
Ils affrontent l’Adversaire.

Enveloppés de tourments,
Ils redisent le nom du Père ;
Au long du combat pour la foi
Se consomme leur baptême.

Près de la croix de Jésus,
Il rejoignent Marie, sa mère ;
Témoins d’un Seigneur humilié,
Ils pénètrent son mystère.

Leur Défenseur est vivant,
La lumière espérée se lève ;
La mort a perdu son pouvoir
Et la paix les transfigure »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus venait de dire à Pierre : « Suis-moi. » S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. C’est lui qui, pendant le repas, s’était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire : « Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? » Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répond : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. » Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas, mais : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ; et s’il fallait écrire chacune d’elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait »Jean 21

Seigneur notre Dieu, tu as fait que le sang des martyrs soit une semence de chrétiens ; accorde à l'Église, que saint Charles Lwanga et ses compagnons ont fécondée par leur sang, de te donner une abondante moisson. Amen.

* * * * * *

Dimanche 4 juin – Pentecôte

« Souffle qui danse aux surfaces des eaux,
Aux premiers rayons de nos vies,
Dessille nos yeux :
Ils s’ouvriront à ta beauté
Et rendront gloire à ta bonté.

Souffle remis par Jésus crucifié
Et promis aux fils bien aimés,
Libère nos cœurs :
Ils chanteront en liberté
Et rendront gloire à ta bonté.

Souffle qui porte la voix du Seigneur,
Dont le chant fait naître la vie,
Redresse nos mots :
En balbutiant le nom du Père,
Ils rendront gloire à sa bonté »
Tropaire C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« C’était après la mort de Jésus ; le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus »
Jean 20

Aujourd’hui, Seigneur, par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton Église chez tous les peuples et dans toutes les nations ; répands les dons du Saint-Esprit sur l’immensité du monde, et continue dans le cœur des croyants l’œuvre d’amour que tu as entreprise au début de la prédication évangélique. Amen.

* * * * * *

Lundi 5 juin – St Boniface

« Sauveur du monde, ô Maître unique,
Heureux celui qui donne tout,
Se perd lui-même et prend ton joug,
Puis cherche en toi la route à suivre.

Au fond du cœur tu lui révèles
L’âpre secret du grain qui meurt,
Le sang versé, l’amour vainqueur;
Et cette croix qui nous relève.

Il porte fruit dans ta lumière
Et crie ton nom sur nos chemins,
Puis, quand vient l’heure, dans tes mains
Passe avec toi du monde au Père »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus se mit à parler en paraboles aux chefs des prêtres, aux scribes et aux anciens : « Un homme planta une vigne, il l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Le moment venu, il envoya un serviteur auprès des vignerons pour se faire remettre par eux ce qui lui revenait des fruits de la vigne. Mais les vignerons se saisirent du serviteur, le frappèrent, et le renvoyèrent les mains vides. De nouveau, il leur envoya un autre serviteur ; et celui-là, ils l’assommèrent et l’humilièrent. Il en envoya encore un autre, et celui-là, ils le tuèrent ; puis beaucoup d’autres serviteurs : ils frappèrent les uns et tuèrent les autres. Il lui restait encore quelqu’un : son fils bien-aimé. Il l’envoya vers eux en dernier, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais ces vignerons- là se dirent entre eux : “Voici l’héritier : allons-y ! tuons-le, et l’héritage va être à nous !” Ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne. Que fera le maître de la vigne ? Il viendra, fera périr les vignerons, et donnera la vigne à d’autres. N’avez-vous pas lu ce passage de l’Écriture ? La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! » Les chefs du peuple cherchaient à arrêter Jésus, mais ils eurent peur de la foule. – Ils avaient bien compris en effet qu’il avait dit la parabole à leur intention. Ils le laissèrent donc et s’en allèrent »
Marc 12

Permets, Seigneur, qu'à l'intercession de saint Boniface, nous puissions tenir sans défaillance et proclamer par toute notre vie la foi qu'il a lui-même enseignée et dont il sut témoigner dans le martyre. Amen.

* * * * * *

Mardi 6 juin

« Bientôt l'aurore se lèvera
Et la puissance
De l'espérance
Perce la nuit.

Déjà les hommes reprennent cœur
Pour le combat interrompu !
Dans la violence
De la confiance
Passe l'Esprit.

Tenant la veille auprès du Seigneur

Nous rappelons la mort du grain !
Que la patience
De la semence
Donne l'épi.

La nuit avive notre désir
De voir monter le dernier jour !
Par sa présence,
Dans le silence,
Dieu nous séduit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, on envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode pour lui tendre un piège en le faisant parler, et ceux-ci vinrent lui dire : « Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens, mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité. Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? Devons- nous payer, oui ou non ? » Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Faites-moi voir une pièce d’argent. » Ils en apportèrent une, et Jésus leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? – De César », répondent-ils. Jésus leur dit : « Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet »
Marc 12

Seigneur, notre Dieu, tu nous as envoyé ton Fils Jésus : dans nos ténèbres, il a fait jaillir la lumière de sa vie ; qu'il nous réveille maintenant de tout sommeil, qu'il nous relève de toute mort. Grâce à lui, nous vivrons pour toi et nous marcherons vers ton Royaume. Amen.

* * * * * *

Mercredi 7 juin

« Il est proche
Celui qui est au-delà de tout,
Il est proche
Puisqu'il est amour.
Le Dieu créateur
A chaque instant,
Nous façonne.

Il est proche
Celui qui vient chaque jour à nous,
Il nous donne
Son Fils bien-aimé.
Le Verbe éternel
Pour nous sauver
S'est fait homme.

Il est proche
Celui qui est le Dieu juste et saint
Il pardonne,
Il envoie l'Esprit.
L'image perdue,
Renait en nous
Et rayonne »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection – vinrent trouver Jésus. Ils l’interrogeaient : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une femme, mais aucun enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère. Il y avait sept frères ; le premier se maria, et mourut sans laisser de descendance. Le deuxième épousa la veuve, et mourut sans laisser de descendance. Le troisième pareillement. Et aucun des sept ne laissa de descendance. Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi. À la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? » Jésus leur dit : « N’êtes-vous pas en train de vous égarer, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ? Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les cieux. Et sur le fait que les morts ressuscitent, n’avez- vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit : Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous égarez complètement »
Marc 12

Seigneur notre Dieu, ouvre nos cœurs à l'intelligence des Écritures afin que nous portions témoignage à ton Fils qui est mort pour nous. Amen.

* * * * * *

Jeudi 8 juin

« Église de toujours,
Aux écoutes du monde,
Entends-tu bouillonner
Les forces de l'histoire ?
La terre est travaillée
D'une sourde violence,
Affamée d'unité,
En mal de délivrance.

Église de toujours,
Au service du monde,
Enracine la foi
Au creux de nos détresses.
Dégage de ses liens
Cet espoir qui tressaille,
Engagé sur la voie
D'angoisse et de promesse.

Église de toujours,
Évangile du monde,
Affranchis de la peur
La terre qui enfante.
Baptise dans l'Esprit
L'éclosion de son germe,
Coule en fleuve de paix,
Emporte notre histoire »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger »
Marc 12

Donne à ceux qui te prient, Seigneur, l’abondance de ta grâce. Avec ton aide, qu’ils suivent tes commandements pour y trouver dès maintenant leur bonheur, pour en recevoir, dans l’éternité, ta joie. Amen.

* * * * * *

Vendredi 9 juin

« "Que soit la plénitude au milieu des mers…"
La vie s'est répandue
Jusqu'au fond des abîmes ;
Du silence originel
Montera une louange :
O Seigneur, qu'il est grand ton Nom !

Le Christ est descendu au pays des morts…
Il porte le salut
Dans la nuit de l'abîme ;
Il ramène les captifs
Au sillage de sa barque :
O Seigneur, qu'il est grand ton Nom !

"Que soit la multitude au milieu des airs…"
Un vol de passereaux
A rejoint les nuages ;
Le grand arbre et le buisson
Sont peuplés de ta louange :
O Seigneur, qu'il est grand ton Nom !

Le Christ est élevé par-delà les cieux…
Jésus ressuscité
Ouvre à l'homme un passage ;
Il conduit la création
Vers la gloire de son Père :
O Seigneur, qu'il est grand ton Nom ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, quand Jésus enseignait dans le Temple, il déclarait : « Comment les scribes peuvent-ils dire que le Messie est le fils de David ? David lui-même a dit, inspiré par l’Esprit Saint : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Siège à ma droite jusqu’à ce que j’aie placé tes ennemis sous tes pieds !” David lui-même le nomme Seigneur. D’où vient alors qu’il est son fils ? » Et la foule nombreuse l’écoutait avec plaisir »
Marc 12

Dieu qui ne cesses de créer l’univers, tu as voulu associer l’homme à ton ouvrage ; regarde le travail que nous avons à faire : qu’il nous permette de gagner notre vie, qu’il soit utile à ceux dont nous avons la charge et serve à l’avènement de ton Royaume. Amen.

* * * * * *

Samedi 10 juin – Bhse Vierge Marie

« Tu es belle, ô Marie,
Eve nouvelle,
Jamais femme n’a tant reçu,
Aucune n’a tant donné,
O Vierge heureuse d’avoir cru.

Tu es douce, ô Marie,
Humble servante,
Jamais femme n’a tant aimé,
Aucune n’a tant donné,
En ta maison Dieu se complaît.
Tu es mère, ô Marie,
Toujours présente,
Jamais femme n’a tant souffert,
Aucune n’a tant donné,
Debout quand meurt son premier-né.
Tu es sainte, ô Marie,
Comblée de grâce,
Jamais femme n’a tant prié,
Aucune n’a tant donné,
Jésus ton Fils nous a sauvés»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez- vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques, les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners. Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. » Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes. Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre »Marc 12

Béni sois-tu, Dieu notre Père, tu as comblé Marie de ta grâce et tu l’as prise dans ta lumière. Ecoute les prières qu’elle ne cesse de t’adresser pour nous, pauvres pécheurs, et garde ton Eglise fidèle à ton alliance. Amen.

* * * * * *

Dimanche 11 juin – Trinité

« Béni soit Dieu le Père d'éternité,
Du seuil de sa maison il guette,
Et ses mains s'offrent à la quête
De ses enfants perdus et retrouvés.
Tout l'univers il l'a remis
Au Fils et à l'Esprit,
Et ses deux mains n'auront qu'un seul immense ouvrage :
Nous porter jusqu'au secret de son visage.

Louange au Fils, lumière de vérité,
En lui l'amour de Dieu se donne,
Espace ouvert, pays sans bornes,
Mais dont la croix toujours marque l'entrée.
Tout son désir, en s'oubliant,
C'est d'être seulement
La source de l'Esprit et le reflet du Père
Pour les hommes qui perçoivent son mystère.

Chantons l'Esprit, fontaine de liberté,
Il est, dans notre cœur, murmure
De l'eau qui lave et transfigure
Ceux qui vivront un jour ressuscités.
Tout son désir, en s'oubliant,
C'est d'être seulement
Totale transparence au Père dans sa gloire,
Et présence de Jésus en sa victoire.»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu »
Jean 3

Dieu notre Père, tu as envoyé dans le monde ta Parole de vérité et ton Esprit de sainteté pour révéler aux hommes ton admirable mystère ; donne-nous de professer la vraie foi en reconnaissant la gloire de l’éternelle Trinité, en adorant son Unité toute-puissante. Amen.

* * * * * *

Lundi 12 juin

« Au commencement, Seigneur, tu m'as appelé !
Tu murmurais mon nom en façonnant la terre,
Aucune voix ne peut ouvrir
La première promesse ;
Que s'engendre dans mon corps
Ta parole, ô mon Dieu !

Au commencement, Seigneur, tu m'as regardé !
Et je sais désormais que tes yeux sont lumière :
Tu as fait luire au fond de moi,
Traversant la pénombre,
Un éclat de vrai désir,
Ton image, ô mon Dieu !

Tout au long du temps, Seigneur, tu restes caché !
La trace de tes pas nous conduit vers nos frères :
Tu es présent dans notre foi,
Comme sève profonde,
Tu fais croître les sarments
De ta vigne, ô mon Dieu !

Tes commencements, Seigneur, sont l'éternité !
Nos vies sont le jardin dont tu attends l'offrande ;
Le vent gémit sur la moisson
Qui sommeille en ce monde,
Près de l'arbre où s'accomplit
Ta patience, ô mon Dieu ! »

Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez- vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés »
Matthieu 5

Augmente en nous la foi, Seigneur : fais-nous la grâce de tenir, dans ce monde, notre devoir de louange et de service. Amen.

* * * * * *

Mardi 13 juin – St Antoine de Padoue

« Vers toi, Soleil du plein midi,
S’est mis en marche un peuple libre,
Un peuple né de ton Esprit,
Les yeux levés vers l'invisible

Honneur à ceux qui ont vécu
Le beau combat de l’espérance !
Honneurs aux justes qui ont su
S’offrir aux feux de ta présence !

Ta grâce en eux a resplendi,
Seigneur Jésus, Dieu de nos fêtes.
Loué sois-tu pour tes amis:
C’est ta bonté qu’ils nous révèlent.»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux»
Matthieu 5

Dieu éternel et tout-puissant, tu as voulu que ton peuple trouve en saint Antoine de Padoue un grand prédicateur de l'Évangile et un défenseur des pauvres ; permets qu'avec son aide, et fidèles à ses leçons de vie chrétienne, nous ressentions dans toutes nos épreuves le bienfait de ton secours. Amen.

* * * * * *

Mercredi 14 juin

« Tu as pris la dernière place,
et nul ne peut te la ravir !
Dans la montée vers la “Ville-Dieu”,
Tu es là pour nous recueillir
Quand, fatigués, nous crions grâce.

Tu comprends toutes nos faiblesses
Et la lourdeur de nos péchés !
Sous les portiques des “souffre-Dieu”
Tu redresses tous les courbés
En les couvrant de ta tendresse.

Tu connais le désir des pauvres,
et leur poursuite du bonheur !
Dans le cortège des “quête-Dieu”
Tu promets aux humbles de cœur
Qu'ils entreront dans le Royaume.

Tu viendras rassembler tes frères
Au premier jour d'éternité !
Dans l'allégresse des “chante-Dieu”
Jaillira le cri des sauvés :
“Alléluia” Dieu notre Père ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux »
Matthieu 5

Dieu éternel et tout-puissant, tu es la lumière de toutes les lumières, et le jour qui ne finit pas ; dès le matin de ce jour nouveau nous te prions : que la clarté de ta présence, en chassant la nuit du péché, illumine nos cœurs. Amen.

* * * * * *

Jeudi 15 juin

« Semailles de justice,
Moisson de miséricorde :
Ton amour sans se lasser
Nous pardonne,
Dieu très Saint, ô notre Père!
La vie nous est promise
A l’ombre de ta Parole :
Ton amour au fond du cœur
Devient notre,
Dieu qui t’offres dans ton Verbe.
A toi rien d’impossible,
L’aveugle voit et s’étonne :
Ton amour ouvre ses yeux,
Tu t’approches,
Dieu très haut, et tu l’appelles.
Semailles de justice,
Moisson de miséricorde :
Ton amour fait advenir
Le Royaume,
Dieu prodigue de lui-même ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou »
Matthieu 5

Seigneur, répands ta lumière dans nos esprits, pour que nous soyons toujours fidèles à te servir, puisque c’est toi qui nous as créés dans ta sagesse et qui nous diriges avec amour.. Amen.

* * * * * *

Vendredi 16 juin – Ste Lutgarde

« Celle qui dès ici-bas
Fut posée comme un sceau sur ton cœur,
Seigneur de gloire,
Se laissait nourrir de ta Parole,
L’écoutait longuement,
L’accueillait dans le silence.

Forte de ton sang versé,
Ta servante suivait tes chemins,
Sauveur des hommes ;
Dirigeant ses pas vers le Calvaire,
Elle allait, librement,
Près de toi dans ton épreuve.
Vaste fut le chant d’amour
Qui monta de sa vie consumée
A ta louange ;
Elle avait compris ta soif immense
Et s’offrait, jusqu’au bout,
Pour l’Eglise, ton Epouse.

Celle qui t’aimait, Seigneur,
Te donnant sa parole et sa foi,
Sans voir encore,
Partage à présent, dans la lumière,
L’héritage des saints :
Dieu lui-même en son mystère »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne. Il a été dit également : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère »
Matthieu 5

Dieu qui as mis au cœur de sainte Lutgarde le désir du Royaume et de sa justice par la pratique d’une charité sans faille, permets que, soutenus par sa prière, nous ayons la joie d’aimer toujours davantage. Amen.

* * * * * *

Samedi 17 juin - Bhse Vierge Marie

« Vierge Marie, ô Notre Dame,
Qui t’appelle sans être écouté ?
Tu sais l’espérance et la crainte
dont est rempli le cœur humain.
Reine du ciel, humble servante
Conduis-nous à Jésus Christ,
Toi qui reflètes sa lumière
Sur ceux qui marchent dans la nuit
Mère du Christ, ô n otre Mère
Montre nous comment aimer ton Fils,
Fais nous découvrir dans le pauvre
Le vrai visage du Seigneur.
Ouvre nos yeux à la détresse
De celui qui chaque jour
Porte le poids de sa misère,
Et qui demande notre amour.

Vierge Marie, comblée de grâce,
Que la paix promise à Noël
S’étende aujourd’hui sur la terre
Dans la confiance et le pardon.
Dieu est fidèle à sa parole …
Que ta foi inébranlée,
Soit une force pour la nôtre :
L’amour fera germer la paix»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais »
Matthieu 5

Sois attentif, Seigneur, à la louange et à la prière que nous te présentons aujourd’hui en faisant mémoire de la Vierge Marie : rends-nous capables d’accueillir comme elle le mystère de notre rédemption. Amen.

* * * * * *

Dimanche 18 juin – St Sacrement

« D'un si fervent désir
J'ai voulu me donner,
Si vous pouviez saisir
Que je vous ai aimés.

De mon Père où je vais
Vous recevez l'Esprit,
L'amour dont j'ai rêvé
Si vous aviez compris.

Vous serez les témoins
Du secret de ma mort,
Je ne serai pas loin
Car vous serez mon Corps.

Et mon Cœur en vos cœurs
Vous donnera d'aimer
Ce monde où l'homme a peur
Qu'il soit abandonné.

Je vous donne ma joie
Dans ce pain et ce vin
Pour que je vous revoie
Au Royaume qui vient »

Tropaire C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait aux foules des Juifs : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement »
Jean 6

Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer d’un si grand amour les mystères de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Amen.

* * * * * *

Lundi 19 juin

« Sans le Verbe rien ne fut,
Dans la Parole tout commence :
La création gémit,
La création murmure et balbutie.
Ô Dieu, envoie ton Esprit !

Le mystère de Jésus
S’entoure d’ombre et de silence ;
Nulle fraye ur ici,
Nulle puissance comme au Sinaï !
Ô Dieu, envoie ton Esprit !

Dans le Verbe Dieu se dit
D’une Parole sans défense :
C’est un enfant qui dort,
Un fils de l’homme en lutte avec la mort :
Ô Dieu, envoie ton Esprit !

La parole de Jésus
Livrée au vent comme semence
Vient féconder nos vies :
Pour que sa grâce en nous porte du fruit,
Ô Dieu, envoie ton Esprit !

Que le Verbe soit béni,
Que la Parole exulte et danse !
Quand l’homme ancien gémit,
Un chant nouveau s’élève en Jésus Christ :
En nous murmure l’Esprit !»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos ! »
Matthieu 5

Seigneur, tu demandes à ton Église d’être le lieu où l’Évangile est annoncé en contradiction avec l’esprit du monde. Donne à tes enfants assez de foi pour ne pas déserter mais témoigner de toi devant les hommes en prenant appui sur ta parole. Amen.

* * * * * *

Mardi 20 juin

« Dieu est présent au long des jours…
Le temps des hommes est un don de sa grâce…
Il vous invite à sa joie,
Cherchez sa paix aujourd'hui !

Repos des jours,
Repos de Dieu…
Vienne le soir de lumière,
Vienne un matin éternel !

Le Fils de Dieu a tout donné,
Aux fils des hommes il confie sa parole…
Soyez l'écho de sa voix,
Trouvez en lui votre vie !

Nous attendons le jour promis
Et la venue du Seigneur dans sa gloire…
Soyez patients, il viendra,
Éveillez-vo us, le voici !»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait»
Matthieu 5

Seigneur, tu ouvres à ceux qui t’aiment les richesses de ton Esprit Saint, et tu fais grandir en eux ta propre vie en leur donnant part au corps de ton Fils ; aide-les à se comporter dans le monde en enfants de Dieu appelés à la liberté : qu’ils répondent par la sainteté de leur vie à la mission prophétique de l’Église. Amen.

* * * * * *

Mercredi 21 juin – St Louis de Gonzague

« Par la voix de ton disciple
Tu nous appelles, Seigneur :
Dans la rumeur de ce temps,
Toi seul donnes leur force
Aux paroles qu ’il nous dit.

Sa vie même est un message
Où l’évangile apparaît :
Il nous rejoint en chemin,
Réveillant l’espérance,
Lui qui marche à nos côtés.

L’Esprit saint lui fait comprendre
Que tout commence aujourd’hui :
C’est aujourd’hui que tu veux
Rendre libres les pauvres,
Relever les humiliés.

Que l’Eglise rende grâce
Car chaque temps est béni :
En chaque temps est semée
La Parole vivante
Que toi seul feras lever.»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux- là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire- toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra »
Matthieu 6

Seigneur, dispensateur des dons spirituels, tu as réuni dans le jeune Louis de Gonzague la pratique de la pénitence et une admirable pureté de vie ; si nous n'avons pas la même innocence, accorde-nous, à sa prière et par ses mérites, d'imiter son renoncement. Amen.

* * * * * *

Jeudi 22 juin

« Pour le don de la terre,
Béni sois-tu, Seigneur !
Du milieu des eaux,
Voici qu'elle apparaît
Au troisième jour,
Un vent fertile la parcourt !

Ta parole ruisselle
En fécondant le sol :
Le long des vallées
Toute semence éclot
Au troisième jour,
Ton Verbe exulte en ce séjour !

À l'Orient de ce monde
Est le jardin d'Eden :
Il attend celui
Qui dort en ton désir
Au troisième jour,
L'homme héritier de ton amour !

Patiemment le grand arbre
Fera mûrir son fruit ;
Et la graine enfin
Sera germe sauveur
Au troisième jour :
Ta vie se donne pour toujours ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes »
Matthieu 6

Nous t’en prions, Dieu de miséricorde, sur les hommes qui n’ont pas reçu ta lumière, fais lever ton soleil, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

* * * * * *

Vendredi 23 juin – Sacré-Cœur

« Le cœur de Dieu s'est répandu
Dans tous les cœurs par son Esprit.
L'amour du Christ a répondu
Au cœur humain par un grand cri.

L'amour de Dieu nous fut offert
En signe humain de sa bonté.
Le cœur du Christ nous est ouvert
Comme un chemin d'éternité.

L'Église est là, près de la croix
Vivant d'Esprit, d'eau et du sang.
Près de son cœur, chantant sa foi,
Près de son Dieu, l'âme consent »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger »
Matthieu 11

Seigneur notre Père, en vénérant le Cœur de ton Fils bien-aimé, nous disons les merveilles de ton amour pour nous ; fais que nous recevions de cette source divine une grâce plus abondante. Amen.

* * * * * *

Samedi 24 juin – St Jean Baptiste

« Prophète du Très-Haut,
Tu n'es pas la Lumière
Mais son témoin.
Avant même de naître
Tu la révèles :
Joie sans parole !

Tu cries dans le désert,
Tout un peuple se lève
Vers le Jourdain ;
Ton baptême réveille
La soif d'eau vive :
Proche est la Source !

Voici l'Agneau de Dieu.
Tes disciples le suivent,
Tu restes là ;
Mais ton âme jubile
Quand ils l'écoutent :
Noces du Verbe !

Plus libre que les rois,
Tu contestes ce monde
Sans infini ;
Ton martyre dans l'ombre
Prévient l'aurore :
Christ est lumière ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui. L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël »
Luc 1

Tu as voulu, Seigneur, que saint Jean Baptiste prépare ton peuple à la venue du Messie ; accorde à ton Église le don de la joie spirituelle, et guide l'esprit de tous les croyants dans la voie du salut et de la paix. Amen.

* * * * * *

Dimanche 25 juin – 12ème T. O.

« Christ est vivant, son jour se lève,
Resplendissant comme un flambeau ;
Acclamons l’Agneau véritable
Dont le sang nous a rachetés.

L’Esprit déjà nous fait renaître,
Nous purifiant des vieux ferments ;
Célébrons la Pâque nouvelle
Désirée d’un ardent désir.

Prenons le pain, buvons la coupe,
L’Amour vainqueur nous y convie ;
Recevons l’unique héritage :
Dieu lui-même nous est livré !

Voici l’Époux, il nous appelle,
Relevons-nous d’entre les morts !
Accueillons Celui qui s’avance :
Notre vie sera chant nouveau »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux »
Matthieu 10

Fais-nous vivre à tout moment, Seigneur, dans l'amour et le respect de ton saint nom, toi qui ne cesses jamais de guider ceux que tu enracines solidement dans ton amour. Amen.

* * * * * *

Lundi 26 juin

« Près du puits
Que Jacob a creusé,
Le Fils de Dieu
Offre son amour !
Captons la source
Pour tous nos frères.

Au jardin
Isolé par la nuit,
Le Fils de Dieu
Crie son abandon !
Tenons la veille
En sa présence.

Sur la Croix
Où il rend son esprit,
Le Fils de Dieu
Porte nos péchés !
Gardons confiance :
Il nous libère.

Du tombeau
Qui ne peut le garder,
Le Fils de Dieu
Sort au jour nouveau !
Prenons la vie
À sa lumière

En chemin
Quand il marche avec nous,
Le Fils de Dieu
Ouvre no s esprits !
Brûlons nos cœurs
Aux Écritures.

Chaque jour,
Au partage du pain,
Le Fils de Dieu
Offre son amour !
Rendons au Père
L'action de grâce »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; de la manière dont vous jugez, vous serez jugés ; de la mesure dont vous mesurez, on vous mesurera. Quoi ! tu regardes la paille dans l’œil de ton frère ; et la poutre qui est dans ton œil, tu ne la remarques pas ? Ou encore : Comment vas- tu dire à ton frère : “Laisse- moi enlever la paille de ton œil”, alors qu’il y a une poutre dans ton œil à toi ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère »
Matthieu 7

Seigneur, répands ta lumière dans nos esprits, pour que nous soyons toujours fidèles à te servir, puisque c’est toi qui nous as créés dans ta sagesse et qui nous diriges avec amour. Amen.

* * * * * *

Mardi 27 juin

« Au commencement, Seigneur, tu m'as appelé !
Tu murmurais mon nom en façonnant la terre,
Aucune voix ne peut couvrir
La première promesse ;
Que s'engendre dans mon corps
Ta parole, ô mon Dieu !

Au commencement, Seigneur, tu m'as regardé !
Et je sais désormais que tes yeux sont lumière :
Tu as fait luire au fond de moi,
Traversant la pénombre,
Un éclat de vrai désir,
Ton image, ô mon Dieu !

Tout au long du temps, Seigneur, tu restes caché !
La trace de tes pas nous conduit vers nos frères :
Tu es présent dans notre foi,
Comme sève profonde,
Tu fais croître les sarments
De ta vigne, ô mon Dieu !

Tes commencements, Seigneur, sont l'éternité !
Nos vies sont le jardin dont tu attends l'offrande ;
Le vent gémit sur la moisson
Qui sommeille en ce monde,
Près de l'arbre où s'accomplit
Ta patience, ô mon Dieu ! »
Tropaire C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer. Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. Entrez par la porte étroite. Elle est grande, la porte, il est large, le chemin qui conduit à la perdition ; et ils sont nombreux, ceux qui s’y engagent. Mais elle est étroite, la porte, il est resserré, le chemin qui conduit à la vie ; et ils sont peu nombreux, ceux qui le trouvent »
Matthieu 7

Seigneur, Roi du ciel et de la terre, dirige et sanctifie, ordonne et gouverne aujourd’hui nos cœurs et nos corps, nos pensées, nos paroles et nos actions : fais-nous suivre ta volonté et tes ordres afin qu’ici bas et pour toujours nous vivions, par ta grâce, libres et sauvés. Amen.

* * * * * *

Mercredi 28 juin – St Irénée

« Savants pour Dieu, épris de lui,
Insatiables de sagesse,
Vous cherchez, chercheurs de trésor,
Et vous priez, priez encor.

Soudain jaillit de votre cœur
Une parole lumineuse :
Dieu, peut-être en forme de mots,
Que tout tremblant, vous écoutez.

Cette parole délivrée
Se reconnaît comme un visage.
Sa beauté nous vient de très loin,
Par vous, Jésus nous a rejoints.

L’œuvre de Dieu, vous l’exprimez
En telle force de langage
Que les simples peuvent goûter
L’intelligence de la foi.

Mais chaque temps, comme un défi
Nous lancera sa propre énigme,
Priez Dieu de nous envoyer
D’autres témoins de vérité.

Parler de Dieu toujours plus grand
C’est exulter dans la louange,
C’est redire sans fin la joie
Du Fils au Père dans l’Esprit.
Amen »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)



« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Va-t-on cueillir du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ? C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais. Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais, ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits. Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu. Donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez »
Matthieu 7

Tu as donné, Seigneur, à l'évêque saint Irénée de faire triompher la vraie doctrine et d'affermir la paix dans l'Église ; par son intercession, réveille notre foi et notre charité pour que nous cherchions en toute chose ce qui favorise l'union entre les hommes. Amen.

* * * * * *

Jeudi 29 juin – Sts Pierre et Paul

« Maître de l’Eglise,
tu parlais à ton peuple
Sur la barque de Pierre :
Appel pour Israël.
De Sion vient le salut.
La Ville aux douze portes
Unira l’humanité
Dans la splendeur des noces.

Toi que Paul annonce aux nations de ce monde,
Tu rassembles les hommes :
En Toi tous ne font qu’un,
Et le proche, et le lointain.
Chacun devient pour l’autre
Le témoin du Dieu plus grand :
Verbe au-delà des langues

Dans la ville immense où se perdent les foules,
Pierre et Paul se rejoignent,
Guidés là par l’Esprit.
L’Evangile est proclamé,
S’achève ici leur course,
Où l’Empire a son orgueil,
Sous les remparts de Rome.

Fière Babylone, tu rejettes et méprises
Les témoins sans fortune
Du Christ mort sur la croix :
Vois le prix de ton salut !
O Rome bienheureuse,
N’oublie pas leur sang versé,
Source à jamais précieuse ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux »
Matthieu 16

Seigneur, tu nous as donné ce jour de sainte joie pour fêter les bienheureux Apôtres Pierre et Paul ; accorde à ton Église une fidélité parfaite à leur enseignement, puisqu'elle reçut par eux la première annonce de la foi. Amen.

* * * * * *

Vendredi 30 juin

« Pose sur nous ton regard,
Jésus de Galilée :
Près du rivage
Tu venais marcher,
Voix de terre lointaine
Au bord d'un monde qui s'éveille,
Verbe à l'homme envoyé !

Tu as semé ici-bas
Un peu de ta clarté :
Toi le visage
De l'humanité,
Tu éclaires le monde
Et portes l'ombre en ta prière,
Toi, le Fils premier-né !

La nuit aussi brillera
Si Dieu vient l'habiter…
Il n'est de Pâque
Sans l'obscurité :
Tu es mort comme un pauvre,
Confiant ton souffle aux mains du Père,
Toi, le Fils bien-aimé !

Que telle soit notre part
Au jour d'éternité :
Sur le rivage
Te voir approcher,
Et dans l'aube nouvelle,
Être avec toi la joie du Père,
Nous, les fils pardonnés »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Lorsque Jésus descendit de la montagne, des foules nombreuses le suivirent. Et voici qu’un lépreux s’approcha, se prosterna devant lui et dit : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. » Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » Et aussitôt il fut purifié de sa lèpre. Jésus lui dit : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne l’offrande que Moïse a prescrite : ce sera pour les gens un témoignage »
Matthieu 8

Augmente en nous la foi, Seigneur : fais-nous la grâce de tenir, dans ce monde, notre devoir de louange et de service. Amen.

* * * * * *