Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

Décembre… c’est le temps de l’Avent. L’Avent… qu’est-ce à dire ? Nous retrouvons ce temps de l’attente, de l’espérance. Mais attente de quoi ? attente de qui ? Nous nous préparons à Noël par ces quatre semaines, par ce lent cheminement au jour le jour. Nous préparons nos cœurs à la venue du Fils de Dieu dans notre monde. Mais l’attendons-nous vraiment ? Avons-nous ce désir de sa venue chevillé au corps, au cœur ? Que peut-nous apporter cet enfant qui vient dans notre monde si tourmenté, si fortement mis à mal par la violence, par l’indifférence, par l’individualisme, par l’égoïsme…
Quatre semaines pour nous habiller le cœur. Lorsque nous attendons quelqu’un que nous aimons, la joie nous habite, et ce moment de l’attente est certainement un moment fort. Tout notre être est tendu vers l’avant, nous repérons si tout est bien préparé, bien en place. C’est tellement important pour nous. Alors, que faisons-nous pour l’attente de l’Enfant de la crèche ? Comment nous préparons-nous intérieurement ? Tout notre être devrait être tendu vers cet avant qui s’avance, vers ce mystère de la naissance de Dieu qui rejoint les hommes au plus profond de leur humanité.
Laissons la joie et l’espérance dilater notre cœur, avançons jour après jour avec ces textes de la liturgie qui nous mènent pas à pas à ce qui est indicible, avec la couronne de l’Avent qui nous conduit de semaine en semaine. Et laissons résonner en nous : « Maranâ thâ'», viens, Seigneur Jésus. Oui, viens, ne tarde plus. Les hommes ont besoin du seul vrai berger qui puisse les conduire vers la vie, du seul Seigneur qui puisse combler les vies.

Mère Marie Christine