Bx Guerric d’Igny (1070-1157)
moine cistercien


Conseils d’un moine contre la peur d’avancer
Si tu t’es enfui au loin et fixé au désert, restes-y, et là, attends celui qui te sauvera de la pusillanimité d’esprit et de la tempête. Aussi nombreuses que soient les guerres qui fondront sur toi en tempête, aussi grande que soit la pénurie dont tu auras à souffrir au désert, même en fait de nourriture, surtout ne retourne pas en « Egypte ». Jésus, pour sa part, jeûna dans la solitude ; quant à la multitude qui le suivait au désert, il l’a souvent nourrie, et d’une façon merveilleuse. Plus souvent et d’une façon plus merveilleuse encore, il te rassasiera, toi qui l’as suivi au désert avec d’autant plus de mérite que ton propos était saint.
Si tu es sur la route, ta seule crainte doit être de t’en écarter, d’offenser le Seigneur qui te conduit sur cette route et qu’il te laisse alors errer dans la voie de ton propre cœur ; mais en dehors de lui, ne crains personne.
Celui qui pense suffisamment au terme, non seulement, me semble-t-il, rend sa voie spacieuse, mais il va jusqu’à prendre des ailes, de sorte qu’il ne marche plus, mais vole. Rappelez-vous donc toujours, mes frères, la récompense finale ; alors en toute facilité et allégresse vous courrez sur la voie des commandements.