Bernard de Clairvaux
Pensées sur la connaissance de soi


Interroge-toi sur toi-même, parce que tu te connais mieux qu’un autre.
Sois attentif à ton cœur, pèse ton intention, consulte ta vérité ; que ta conscience te réponde.
La connaissance de la vérité est un fruit de l’humilité. La perfection de la charité est la connaissance de la vérité.
La vérité même vous apprendra d’abord pourquoi vous devez la chercher dans les autres avant de la chercher en elle-même, et ensuite, pourquoi en vous avant que de la chercher dans les autres.
Ceux qui n’ont pas de compassion, d’amour, ceux qui sont indifférents ne peuvent pas découvrir la vérité dans les autres. La misère de l’autre peut être ressentie grâce à sa propre misère.
Ce n’est qu’en nous connaissant nous-mêmes que nous pourrons retrouver l’âme de notre prochain dans la nôtre et savoir comment lui venir en aide.
La misère est la mère de la miséricorde.
Considérez ce que vous êtes, car vous êtes véritablement misérable, pour apprendre par cette voie à être miséricordieux.